Article ajouté au panier

7 distilleries françaises qui méritent le détour

Bannière article distilleries fr

En 2024, la France compte plus de 130 distilleries en activité, dont plus de quatre-vingts qui commercialisent déjà un whisky. 

À cela, il faut ajouter une cinquantaine d'embouteilleurs indépendants et un nombre croissant de distilleries en projet.

Le whisky est aujourd’hui installé dans le paysage des spiritueux élaborés en France. Toutes les régions de France métropolitaine produisent du whisky.

Dans cet article, nous partons à la découverte de 7 distilleries iconiques du whisky français.


La France un producteur de whisky en pleine expansion

Le whisky français, même s’il s’inspire parfois des méthodes écossaises, bénéficie largement du savoir-faire ancestral en distillation développé par les français

Aujourd’hui, de nombreux producteurs français créent leur propre whisky en puisant dans l’héritage du cognac et des eaux-de-vie de fruit. Leur approche artisanale est indissociable de l’émergence du whisky en France.

Produit à partir d'un éventail varié de céréales incluant de multiples sortes d'orge, d’avoine, de blé, de maïs et parfois même de grand et de petit épeautre, il reflète la richesse agricole du pays.

Sa fabrication intègre diverses méthodes de brassage et de fermentation, enrichies par une grande variété de levures, témoignant de la maîtrise technique des producteurs. 

Outre la diversité des céréales et des méthodes de brassage, la diversité des alambics est caractéristique du whisky français

La distillation s’effectue dans ces différents alambics que chaque distillerie se réapproprie, comme l’alambic armagnacais de la distillerie Rouget de l’Isle ou encore l’alambic Cazagne de la distillerie Warenghem

Hérités de la fabrication des spiritueux historiques français comme le cognac, l’armagnac ou encore les eaux-de-vie de fruit, ils témoignent de l’inventivité des producteurs de whisky français

Le vieillissement se fait ensuite dans une variété de fûts. La richesse du terroir viticole français alliée aux traditionnels fûts de sherry et de bourbon, rend possible d’innombrables combinaisons auxquelles on peut également ajouter les fûts neufs provenant des forêts locales.

Photos des Alambics Rouget de l'Isle
Alambics de la distillerie La Rouget de l'Ilse (©Darmesh VARANE)

7 distilleries françaises incontournables

La distillerie Warenghem

Pionnière dans l'univers du whisky en France, l'histoire de la distillerie Warenghem prend racine bien avant le dévoilement de son premier whisky en 1987.

Dès la fin du XIXe siècle, la famille Warenghem fonde à Lannion, au cœur des Côtes-d'Armor, la distillerie éponyme.

Elle se spécialise d’abord dans la fabrication de liqueurs à base de plantes. À cette époque, l'Élixir d'Armorique, produit emblématique de la distillerie, se distingue sur la scène internationale, glanant de nombreuses récompenses lors de diverses expositions mondiales.

Portrait Leon Warenghem

Portrait de Léon Warenghem et sa femme, fondateurs de la distillerie Warenghem en 1900 (©Darmesh VARANE)

En 1967, Henri Warenghem, descendant de Léon Warenghem, orchestre avec Yves Leizour le transfert de la distillerie à la périphérie de Lannion, à proximité de la source Rest Avel, nécessaire à la production.

Arrive l’année 1983 qui se révèle être charnière tant pour la distillerie Warenghem que pour le whisky français.

Porté par un désir constant d'innovation et de perfectionnement, Gilles Leizour, fils d'Yves Leizour, se lance dans la conception du premier whisky breton, marquant ainsi la naissance du premier whisky français.

Quatre ans plus tard, suite à d'intenses recherches et essais, la distillerie Warenghem introduit le whisky breton WB, un assemblage constitué de 25 % de whisky de malt et de 75 % de whisky de grain.

Erwan Lefebvre Warenghem
Erwan Lefebvre, maître de chai à la distillerie Warenghem (©Darmesh VARANE)

En 1993, après une année consacrée à des aménagements, une structure entièrement vouée à la production de whisky émerge. Gilles Leizour dote cette nouvelle distillerie de deux alambics en cuivre, une première en France pour une distillerie spécialisée dans le whisky.

Fort du triomphe du premier whisky français, WB, Gilles Leizour poursuit sur sa lancée et propose le premier whisky single malt français en 1998

Devanture de la distillerie Armorik
Bâtiment de la distillerie Warenghem à Lannion dans les Côtes-d'Armor (©Darmesh VARANE)

La distillerie Warenghem présente officiellement Armorik, premier single malt français, qui s'impose rapidement comme le fleuron de la marque.

En 2016, il participe, avec l’association des 17 hermines, à la création de l'indication géographique Whisky Breton, certifiant ainsi que tout whisky breton est brassé, fermenté, distillé et vieilli en Bretagne.

Un whisky iconique de la distillerie Warenghem

ARMORIK Classic Bio

ARMORIK Classic Bio

44.9

ARMORIK CLASSIC BIO

L'Armorik Classic Bio représente la pierre angulaire de la gamme, issu d'un vieillissement soigné dans des fûts de bourbon de différents âges. 

Doux, onctueux et gourmand, il souligne la qualité exceptionnelle du vieillissement sur la côte bretonne ainsi que l'expertise du maître de chai. 

L'esprit Armorik se manifeste dans le savoir-faire de la distillerie : du brassage à l'embouteillage, toutes les étapes de production des whiskies sont réalisées sur place.

Depuis quelques années, la gamme bio, qui comprend aussi Armorik Sherry Cask et Armorik Double Maturation, met l’accent sur l'élaboration de leur whisky à partir d’orge française issue de l’agriculture biologique.

De couleur naturelle et non filtré à froid, Armorik se présente comme une gamme authentique, fière de ses origines bretonnes.

La Distillerie des Menhirs

Officiellement établie en 1986, la Distillerie des Menhirs tire parti d'une riche expérience en tant que bouilleur ambulant.

À ses débuts, la distillerie ne se consacrait pas à la production de whisky, mais était spécialisée dans la fabrication d'eaux-de-vie de cidre, notamment le lambig. 

Distillerie des Menhirs
Entreposage de fûts dans la distillerie des Menhirs à Plomelin dans le Finistère (©Darmesh VARANE)

L'aventure débute en 1921 lorsque Francès Le Lay, équipé de son alambic acquis d'occasion, parcourt les campagnes du Finistère pour vendre ses eaux-de-vie, incarnant ainsi la figure du bouilleur de cru.

Le 30 août 1960, une ordonnance marque la fin de cette profession autrefois florissante en France.

En 1986, Guy Le Lay, le petit-fils de Francès, prend les rênes de la distillerie familiale et fonde la Distillerie des Menhirs, poursuivant la tradition de production de lambig.

Cependant, Guy Le Lay aspire à davantage. En 1999, un an après le lancement du premier whisky français par la distillerie Warenghem, la Distillerie des Menhirs s'équipe de deux alambics charentais flambant neufs et entame la distillation de céréales.

Malgré de nombreux défis, Guy Le Lay atteint son objectif et, en 2002, embouteille le premier whisky au monde entièrement produit à partir de blé noir

Baptisé Eddu (qui signifie « blé noir » en breton), ce whisky vieilli en ex-fûts de Cognac, prend le nom de “Silver”.

Aujourd'hui, la distillerie est dirigée par les trois fils de Guy, Erwan, Kévin et Loig qui continuent de développer l'entreprise.

Photo de Loig Le Lay
Loig Le Lay, un des trois fils de Guy le Lay, dans la distillerie des Menhirs à Plomelin (©Darmesh VARANE)

Parmi leurs initiatives, le lancement d'Eddu Brocéliande, qui fait appel à des fûts produits à partir du chêne de la forêt bretonne du même nom, ainsi que Ed Gwenn, un whisky d'orge distillé en alambic à colonne, témoignent de leur volonté d’innover dans l'art de la distillation.

Un whisky iconique de la Distillerie des Menhirs

EDDU Silver

EDDU Silver

53.5

EDDU SILVER

En lançant Eddu Silver en 2002, la Distillerie des Menhirs introduit le premier whisky de blé noir au monde. 

Le Silver, emblème de cette distillerie bretonne, est vieilli cinq ans en fûts de chêne français ayant préalablement contenu du cognac, et se distingue par un caractère à la fois fruité et équilibré, riche et onctueux.

Le choix du blé noir reflète une préférence marquée pour la qualité gustative et la mise en avant du terroir par rapport à la productivité. 

En effet, son rendement agricole est quatre fois plus faible que celui de l’orge et est deux fois inférieur au rendement alcoolique de cette même céréale, largement utilisée dans la production de whisky. 

La distillerie Castan

Fils et petit-fils de bouilleurs de cru (les personnes autorisées à distiller leurs propres eaux-de-vie), Sébastien Castan, accompagné de sa femme Céline, reprend en 2000 la distillerie familiale, établie en 1941.

Distillerie Castan
Bâtiment de la distillerie Castan à Villeneuve-sur-Vère dans le Tarne©Darmesh VARANE

Dès 2004, le couple se lance dans la production d'eau-de-vie de fruits (à la poire et à la prune) et envisage la construction de la distillerie Castan pour 2007, anticipant ainsi un long projet de développement.

Cependant, confrontée à un marché français des eaux-de-vie saturé, l’entreprise familiale peine à se positionner face à la concurrence..

En 2010, Sébastien et Céline explorent alors la voie du whisky. Toutefois, leur équipement, initialement destiné à la production d'eau-de-vie, n’était en théorie pas adapté à la production de whisky

La famille possédait des terres autour de la distillerie, principalement pour cultiver l’orge, mais les alambics à vases étaient exclusivement utilisés pour produire les eaux-de-vie.

Photo de Sebastien Castan
Sébastien Castan, qui a fondé avec sa femme la distillerie du même nom (©Darmesh VARANE)

Déterminé à surmonter cet obstacle, le couple tente de produire un distillat d'orge avec cet alambic. Le résultat dépasse leurs attentes.

Trois ans plus tard, la distillerie lance sur le marché son tout premier whisky sous la marque Vilanova, devenant ainsi les précurseurs du whisky en Occitanie et se distinguant rapidement comme une référence dans l'univers du whisky français.

La distillerie Castan connaît une croissance continue. En 2020, elle inaugure un nouveau bâtiment équipé d'un second alambic à colonne et d'une cuve de brassage de 30 hectolitres, marquant une nouvelle étape dans son expansion.

Un whisky iconique de la distillerie Castan

VILANOVA Berbie

VILANOVA Berbie

59.9

VILANOVA BERBIE

Vilanova Berbie se distingue comme le premier single malt créé par la distillerie Castan. 

Ce whisky, non filtré à froid, bénéficie d'un vieillissement dans des ex fûts de vins blancs. 

Emblématique de la distillerie, le Vilanova Berbie offre un équilibre remarquable entre des notes maltées (amande, raisin sec, chocolat noir), fruitées (pomme cuite, cerise) et des touches gourmandes (caramel, vanille, miel). 

Envoûtant et abouti, ce whisky s'inscrit parmi les rares spiritueux qui parviennent à une grande maturité en un temps record.

Le domaine des Hautes Glaces

Au milieu des années 2000, Frédéric Revol redécouvre le whisky et développe une passion pour ce spiritueux.

Dans un processus de production où il est souvent question de fûts ou d'alambics, Frédéric estime que l'importance de l'origine des céréales utilisées n'est pas suffisamment soulignée.

En 2006, il se lance dans l'élaboration de son premier whisky et, en 2008, il crée la distillerie des Hautes Glaces. Fidèle à son attachement à la qualité de la céréale, l’orge est cultivée en agriculture biologique et récoltée sur un climat spécifique du domaine.

Portrait de Frédéric Revol

Frédéric Revol, fondateur de la distillerie des Hautes Glaces à Cornillon-en-Trièves en Isère (©Darmesh VARANE)

Quelques années plus tard, la distillerie des Hautes Glaces met en bouteille des expressions d'orge maltée ainsi que des distillats et whiskies de seigle sous la marque Vulson. Il abandonne ensuite cette marque et intègre les whiskies de seigle dans sa gamme principale.

Photo des futs du domaine des Hautes Glaces
Fûts entreposés dans la distillerie des Hautes Glaces en Auvergne-Rhône-Alpes (©Darmesh VARANE)

En janvier 2017, la distillerie est rachetée par le groupe Rémy Cointreau. Cette acquisition ouvre de nouveaux horizons pour la distillerie, qui déménage à quelques kilomètres de son emplacement initial et voit sa capacité de production augmenter à 70 000 hectolitres par an.

Un whisky iconique de la distillerie Domaine des Hautes Glaces

DOMAINE DES HAUTES GLACES INDIGÈNE

"Indigène" incarne une nouvelle interprétation du single malt écossais, considéré comme le summum dans l'univers des whiskies.

Ce whisky d'exception, profondément ancré dans son terroir, tire sa richesse des ressources locales et se magnifie à travers ses contraintes environnementales.

"Indigène" célèbre la puissance de l'authenticité régionale et l'essence du lieu où il est créé, offrant un goût sincèrement alpin et reflétant le savoir-faire de ceux qui le produisent.

Ce single malt, élaboré exclusivement à partir d'orge maltée, se compose d'une sélection d'eaux-de-vie issues de différentes parcelles, offrant un portrait aromatique complexe du chai des Hautes Glaces.

Chaque distillat, parmi les plus de 100 utilisés, provient d'une parcelle spécifique, d'un millésime particulier et d'une variété d'orge biologique cultivée de saison en saison dans nos montagnes.

La distillerie Celtic Whisky Distillerie

La Celtic Whisky Distillerie est créée officiellement en 2004 par Martine et Jean Donnay, alors déjà expérimentés dans l’art de la distillation.

En 1997, le couple avait commencé par importer des whiskies écossais pour les vieillir dans leur propre chai, adoptant la technique encore rare à l'époque de la double maturation.

En 1999, ils décident de produire leur propre whisky et remplissent leur premier fût au début de l'année 2000.

Quatre ans après, en 2004, la distillerie Glann ar Mor est fondée à Pleubian, dans les Côtes-d'Armor, inspirée des méthodes des distilleries écossaises d'Islay des années 1960.

Elle s’équipe rapidement d'alambics à repasse de type écossais, chauffés directement par flamme, et se fournit en matières premières depuis l'Écosse.

En 2008, le whisky Glan Ar Mor est mis en bouteille, suivi un an plus tard par Kornog, un single malt tourbé dont le nom signifie "vent d'ouest" en breton.

Il ne faut que quelques années pour que les whiskies de Glann ar Mor gagnent une réputation internationale. En 2016, la Whisky Bible a décerné à Kornog le titre de Whisky of the Year.

Futs Celtic whisky distillerie
Fûts à whisky de la Celtic Whisky Distillerie à Pleubian dans les Côtes-d'Armor

En 2020, elle est acquise par Maison Villevert, une entreprise spécialisée dans la production et le commerce de spiritueux, reconnue notamment pour ses vodkas.

La particularité de cette distillerie, est qu'elle emploie une méthode de chauffe directe à flamme nue et privilégie une distillation lente. Ses petits alambics, de forme oignon, conjugués à des fermenteurs en bois et des condenseurs à serpentin, contribuent à la singularité de son processus. 

L'affinage se fait en fûts de bourbon, directement au bord de la mer, enrichissant ainsi le whisky d'arômes uniques.

Découvrez le whisky iconique de la Celtic Whisky Distillerie

GLANN AR MOR

GLANN AR MOR

79

GLANN AR MOR

Glan ar Mor affirme l'unicité de son single malt, profondément influencé par son terroir d'origine, marqué par les vents et son vieillissement en bord de mer, qui inspirent son nom signifiant littéralement « Bord de mer ». 

Au nez, ce whisky révèle une élégance remarquable, caractérisée par des arômes de miel et de toffee, enrichie d'une touche saline et iodée qui transcende les attentes. 

Cette signature olfactive se prolonge au palais, où la saveur saline et iodée s'entremêle harmonieusement avec des notes d'abricot et d'épices douces.

La distillerie artisanale Lehmann

Fondée en 1850 par Joseph Lehmann, la distillerie portant son nom s'est d'abord distinguée dans la production d'eaux-de-vie traditionnelles alsaciennes.

En 1982, Yves Lehmann prend les rênes de l'entreprise familiale avec la ferme intention de poursuivre son expansion. 

Portrait de Yves Lehmann
Yves Lehmann, de la distillerie Lehmann située à Obernai en Alsace (©Darmesh VARANE)

Il déménage la distillerie dans la ville d’Obernai, située à quelques kilomètres au sud-ouest de Strasbourg, en 1993.

Cependant, au fil des années, il remarque que l'intérêt pour les eaux-de-vie traditionnelles s'estompe peu à peu en France, entraînant un ralentissement de l'activité de la distillerie.

L'année 2000, signe de renouveau, pousse Yves Lehmann à innover en se lançant dans la production d'un single malt alsacien. Il cherchait d’abord à produire un whisky de dix ans d'âge mais constatant que d’autres distilleries alsaciennes telles que Bertrand, Hepp et Meyer commençaient à embouteiller leur propre whisky, il accéléra la production.

Photo de la Distillerie Lehmann
Bâtiment de la distillerie Lehmann (©Darmesh VARANE)

Yves embouteille alors Elsass Whisky et lance en 2007 son premier single malt, âgé de sept ans.

En 2020, en collaboration avec son fils, Florent Lehmann, Yves développe une nouvelle gamme de whiskies nommée Birdy. Cette gamme, qui s'éloigne des contraintes de l'Indication Géographique Protégée (IGP), vise principalement l'exportation, notamment vers l'Asie.

La distillerie Rozelieures

À l'origine de la distillerie de Rozelieures, il y a la distillerie Grallet. Fondée en 1877, elle produisait des eaux-de-vie de fruits, en particulier de mirabelle.

L'histoire de son whisky commence bien plus tard, partant d'un simple constat : la distillerie dispose d'une eau de qualité, d'orge et d'alambics. Tout ce qu'il faut pour produire du whisky, du champ à la bouteille.

C'est à la fin des années 1990 que Christophe Dupic décide de s'investir pleinement dans la conception d'un whisky. Fervent amateur du single malt écossais, le propriétaire de la distillerie Rozelieures fait face à son premier obstacle : la fabrication du wash.

Portrait Christophe Dupic
Portrait de Christophe Dupic de la Distillerie Grallet Dupic Rozelieures (©Darmesh VARANE)

La distillerie n'est qu'à quelques pas de l'Institut français des boissons de la brasserie et de la malterie (IFBM), qui accepte de fournir à la distillerie son premier wash en 2002 (200 hectolitres de wash).

Quelques années plus tard, Christophe se fournit auprès de la brasserie voisine Maeyaert, jusqu’à devenir autonome dans le processus de brassage en 2008.

Entre-temps, en 2007, le tout premier whisky de Lorraine, produit par la distillerie Rozelieures, fait son entrée sur le marché français.

Souhaitant avoir une totale traçabilité sur leur whisky, la distillerie prend la décision en 2015 de créer sa propre malterie. En collaboration avec la famille Giraud et la distillerie de Saint-Palais, la malterie des Hautes-Vosges voit le jour à Lépanges-sur-Vologne.

Fut distillerie Rozelieures
Fûts entreposés dans la distillerie Rozelieures (©Darmesh VARANE)

POUR ALLER PLUS LOIN DANS LA DÉCOUVERTE DES WHISKIES FRANÇAIS

La Maison du Whisky possède trois boutiques dans Paris : 

Dans chacune de ces boutiques vous pourrez découvrir une vaste gamme de whiskies, rhums, sakés et autres spiritueux.

Parce qu’un whisky peut se décrire en mille mots, nos conseillers se feront un plaisir de vous faire découvrir les whiskies français incontournables de La Maison du Whisky

Suivez notre agenda de dégustation pour les dégustations à venir, ou rendez-vous au Golden Promise Whisky Bar qui propose un large choix de whiskies et autres spiritueux au verre.