PORT ASKAIG 21 ans 1997

Islay Single Malt – 54.9%, 70cl
Single Cask #5770 – Hogshead
Edition limitée à 250 bouteilles
Une exclusivité LMDW

Incarnant à merveille l’esprit d’Islay, la gamme Port Askaig a été créée par la société londonienne Elixir Distillers, propriété des frères Singh. Profondément insulaire, elle rend hommage aux habitants de cette île à nul autre pareil. S’adressant aussi bien aux amateurs avertis qu’aux novices, les whiskies qui la composent sont toujours embouteillés sans filtration à froid. Dévoilant une tourbe entièrement au service des autres ingrédients de la palette aromatique et gustative, cette version oscille entre naïveté d’expression éclairée et maturité accomplie. Succession de métaphores toutes plus inspirées les unes que les autres, elle adopte un discours contrasté et original pour mieux mettre en valeur son classicisme académique.

Couleur : jaune doré soutenu.

UGS : 37 Catégories : , , , , ,

Description

riche, onctueux. Très « fleurs blanches » (muguet, lys), le premier nez se révèle également fruité (citron, poire), miellé (lavande) et confit (banane, ananas). Puis, la tourbe arrive à point nommé pour prendre le relais. Elle est huileuse, saline et crémeuse presque lactique (coco). A l’aération, du camphre, de la réglisse, du brou de noix, du grésil et de la fumée enrobent de l’orge maltée d’une gangue médicinale.

à la fois vive et moelleuse. Particulièrement minérale (mine de crayon), l’attaque en bouche part fièrement à l’assaut d’un paysage escarpé et rocailleux. La tourbe se fond d’une manière remarquable dans des notes de goudron, de noix fraîche, de fleurs séchées et capiteuses (genêt, bruyère). Huileux (tapenade), le milieu de bouche est incontestablement marin avant de devenir, à l’instar du nez, très médicinal (sinapisme, teinture d’iode). La toute fin de bouche est verdoyante (malt vert, luzerne) et torréfiée (thé, tabac).

longue, gourmande. Véritable invitation à savourer un flan à la vanille, l’entame de la finale évoque également une île flottante. Après ce délicieux intermède, la palette gustative échoue en bord de mer (algues, embruns, oreille de cochon). En rétro-olfaction, la tourbe se rappelle au bon souvenir de nos papilles dont elle occupe la moindre parcelle. Sa texture soyeuse lui procure beaucoup de mâche. Par association, une note végétale surgit à cet instant précis. Le verre vide est clairement médicinal, camphré, fruité (melon jaune), fleuri (pissenlit) et racinaire (gentiane).

Acheter