Modes de consommation

Téléchargez ce guide au format pdf

Symbole fort et porteur de l’identité nationale mexicaine, la téquila fait l’objet d’une réglementation précise et abondante. Eau-de-vie mexicaine issue de la fermentation, puis de la distillation du jus de l’agave, la téquila ne peut être produite que dans cinq états mexicains, à partir d’une seule variété d’agave : la Tequilana Weber Azul.

  • Champ d
  • Cuisson de l
  • Alambic de distillation © José Cuervo
  • Dégustation de téquila accompagnée de citron vert © José Curvo

Entre folklore et tradition, la dégustation de tequila peut revêtir différentes formes.

Shot ou cuernito ?

À l’instar des plus belles eaux-de-vie, les téquilas traditionnelles, blanches ou vieillies, doivent être traitées avec respect. La dégustation pure en verre de type « shot » (appelé caballito) pour le reposado ou en verre à cognac pour l’añejo permet ainsi de mieux apprécier l’empreinte de l’agave sur l’alcool, le savoir-faire du maître distillateur ainsi que celui du maître de chai dans le cas de téquilas âgées. Une téquila servie à température ambiante délivrera bien plus de saveurs que si elle est servie glacée. Le Blanco quant à lui se déguste toujours en cocktail.

« Au diable le sel, le citron vert & les margaritas »

Introduite en 1930 pour enrayer une épidémie de grippe espagnole dans le nord du Mexique, la consommation de téquila à base d’une pincée de sel et de citron vert est devenue un classique : après avoir déposé une pincée de sel sur le bout de la langue, il s’agit d’avaler une gorgée de téquila, puis de mordre immédiatement dans un citron vert. Or les tequilas traditionnelles, blanches ou vieillies, doivent être traitées avec respect. La dégustation pure permet ainsi de mieux apprécier l’empreinte de l’agave sur l’alcool, le savoir-faire du maître distillateur ainsi que celui du maître de chai dans le cas de tequilas âgées. Une tequila servie à température ambiante délivrera bien plus de saveurs qu’une tequila servie glacée.
Quant à l’idée largement partagée par les consommateurs selon laquelle téquila = margarita, celle-ci provient de plusieurs légendes datant de la fin des années 30. À la fin des années 90, elle fut même poussée à son paroxysme par les producteurs eux-mêmes, qui n’hésitèrent pas à proposer des « pre-mixed drink » pour capter une nouvelle clientèle.