Classification

Téléchargez ce guide au format pdf

Vénérée du monde artistique qui l’érigea au rang de muse (la « fée verte »), l’absinthe devint également pour le grand public une sorte de rendez-vous quotidien informel : il était courant de se retrouver dans les bars et bistrots au moment de « l’heure verte ».

  • Fontaine à absinthe © N. Sikorski
  • Plantes entrant dans la composition de l
  • Alambics © Matter
  • Sucre sous le goutte à goute © N. Sikorski
  • L


Les principales catégories d'absinthes 

Le renouveau de l’absinthe a complètement mis à mal les catégories historiques, désormais obsolètes. Cinq types d’absinthes étaient communément évoqués dans le passé : ordinaire, demi-fine, fine, supérieur et suisse (sans aucun lien avec l’origine). Ces catégories différaient selon le degré alcoolique et la qualité de l’absinthe. Les absinthes supérieures et suisses, issues d’une distillation, offraient une meilleure qualité et une couleur naturelle. Les ordinaires et demi-fines pouvaient résulter d’une coloration artificielle, avec un assemblage d’alcool neutre et d’essences naturelles. Aujourd’hui, on distingue les absinthes « mixed » (les modernes) des absinthes « distilled » (les traditionnelles).

Les mixed

Absinthes résultant du mélange de l’essence d’absinthe avec un alcool neutre.

Les distilled

• BLANCHE / BLEUE : absinthes incolores issues d’une distillation et mises en bouteille à fort degré. Le terme « bleue » fait référence aux absinthes suisses.

• VERTE : absinthe blanche qui, par une ultime macération dans un mélange d’herbes, acquiert de façon naturelle sa couleur et un goût plus complexe. Une « verte » peut également résulter d’une coloration artificielle, auquel cas son goût n’en sera pas affecté.