Mars & Chichibu

Deux whiskies japonais en avant-première

On ne présente plus CHICHIBU, la distillerie prodige déjà culte du Japon qui produit avec des matières premières locales (à raison de 10% de l’orge utilisée) et de petits alambics un whisky on ne peut plus artisanal. Issu du savoir-faire d’Ichiro Akuto, son créateur, chaque nouvel opus est toujours attendu avec impatience. Un chapitre de plus s’écrit donc avec la sortie, au printemps, d’une nouvelle version de Chichibu Chibidaru (l’équivalent japonais du « quarter cask »).

On reste au Japon avec une autre distillerie à l’affiche : MARS SHINSHU. Réouverte en 2011, ses alambics ont été construits selon les croquis de Masataka Taketsuru. La maison Hombo Shuzo prévoit de mettre en orbite dès le mois d’avril une nouvelle référence de Komagatake. Cette version tourbée, vieillie dans des fûts de sherry et de chêne blanc américain, est la preuve que la valeur n’attend pas le nombre des années.

(Sortie prévue en avril)

CHICHIBU CHIBIDARU 2014, 53.5%

Couleur : bel or soutenu

Nez : fruité, végétal. Evoque le caractère frais et printanier des whiskies irlandais. Note de poire Williams, de pêche et de fruits rouges (muroise, cassis, framboise). Le fruit de la passion émerge soudain du verre. Des agrumes, du jus de grenadia s’en suivent. En arrière-plan, une base plus céréalière, d’orge maltée, de chêne blanc (beurre frais et fraicheur mentholée).

Bouche : au degré, purement et simplement irlandaise. Pêle-mêle de cassis, de menthe, de buis, puis de notes de chêne blanc. La noix et la noisette sont encore vertes et laiteuses. La douceur persiste.

Finale : fraîcheur mentholée. S’éternise sur les fruits secs. Salivante.

SINGLE MALT KOMAGATAKE 2011, 57%

Sherry & American White Oak – SHINSHU MARS DISTILLERY

Couleur : bel or soutenu

Nez : rancioté ! La présence du sherry ne fait aucun doute. Raisin secs, dattes et noix. Fruits secs en abondance enrobés de miel. Des fruits plus juteux font leur apparition : pruneau et griotte. Evolue sur le chocolat amer, le marc de café et le zan. Il reste cependant frais et enjoué avec une étonnante note mentholée en finale.

Bouche : douce, gouleyante. Evoque une crème glacée rhum-raisins. Des notes plus sombres et minérales apparaissent rapidement : le sous-bois, la tourbe en combustion et une fine note médicinale. Notes de bois brûlé, d’asphalte encore chaud.

Finale : sur un registre médicinal et floral. Sans fin sur l’orge maltée fumée.