La distillerie Heaven Hill

Heaven HillInauguré en 2004, le centre d’accueil des visiteurs de Heaven Hill, véritable musée du whiskey, se situe à Bardstown, capitale mondiale du Bourbon. Pourtant, tous les whiskeys de cette distillerie sont produits à Louisville au sein d’une autre distillerie connue sous le nom de Bernheim. Cela mérite une petite explication.

Dans la nuit du 7 novembre 1996, Heaven Hill fut victime d’un terrible incendie. En quelques heures près de 2% des réserves de bourbon du Kentucky s’envolèrent en fumée. Au total, sept chais furent détruits, soit 90 000 fûts et près de 30 millions de litres de bourbon en cours de maturation. Un véritable désastre. Cela ne découragea pas l’actuel propriétaire, Max Shapira, qui, au printemps 1999, racheta à Diageo la distillerie moderne de Bernheim inaugurée en 1992.

Fondée au sortir de la Prohibition par les frères Shapira, Heaven Hill devint célèbre en 1957 grâce à un bourbon rendant hommage au premier distillateur du Kentucky, Evan Williams. Depuis, Heaven Hill a créé des marques à la mémoire de toutes les gloires du whiskey, telles Elijah Craig, J.T.S. Brown ou Henry McKenna.

En 2005, la distillerie a mis au point le premier wheat whiskey, à base de plus de 51% de blé. Son nom : Bernheim. Cette autre gloire du whiskey créa, à la fin du XIXème siècle, l’une des marques de bourbon les plus réputées des Etats-Unis, le I.W. Harper.

Si le whiskey demeure une source importante de revenus pour cette société familiale - Heaven Hill est aujourd’hui la première distillerie indépendante des Etats-Unis et le second producteur derrière Jim Beam - c’est avec une autre boisson que Max Shapira a récemment touché le Jack Pot, Hpnotiq, une liqueur bleue à base de cognac, de vodka et de fruits exotiques.

Voir tous les produits distillés par Heaven Hill

Veuillez patienter...

Produit Ajouté au Panier !
{{var product.name}}
Vous aimerez aussi
Continuez vos achats
Régler mes achats